Pour gérer le planning de vos paniers cliquez sur Boutique

L’association

Le Projet

Marché sur l’Eau offre aux citadins la possibilité d’acheter des fruits et des légumes de qualité produits en Île-de-France.
Les prix respectent à la fois le travail de l’agriculteur et le pouvoir d’achat des consommateurs.
Consommer local, c’est être soucieux de réduire le transport.
Nous avons choisi des exploitations familiales situées à proximité des canaux (moins de 100km de Paris) : fruits et légumes arrivent par bateau ou camion jusqu’à Sevran, Bobigny, Pantin et Paris puis sont vendus à proximité du quai.

Les Étapes

  1. Création : L’association Marché sur l’Eau a été créée le 23 mars 2011. Ce projet est né avec l’objectif de devenir une SCIC.
  2. Premier test : Du 10 août au 4 septembre 2011, Marché sur l’Eau teste son système de distribution à la Rotonde de Stalingrad.
  3. Lancement d’activité : Depuis le 19 mai 2012, Marché sur l’Eau assure des livraisons régulières au bassin de la Villette et à Pantin. Un système d’abonnement pour 10 paniers est mis en place en plus de la vente directe conservée à la Rotonde de Stalingrad.
  4. Consolidation de l’activité : 2013, mise en place de la vente à l’étal à Pantin le samedi, création d’un point de distribution de paniers à Sevran dans un local proche du canal et de la gare.
  5. Projet ALISOL : pour ALImentation SOLidaire, en partenariat avec la région Île de France, la ville de Sevran et la ville de Pantin.
  6. Projet valorisation des biodéchets, en partenariat avec la Ferme du Rail (Prestation Service/Atoll) pour les collectivités et restaurateurs. Puis en juillet 2018 sur le stand de Pantin, un système de récupération des biodéchets est mis en place, pour et avec les adhérents. Ce projet est soutenu par Est Ensemble et Sigidurs ainsi que la Famille RICHE (composteurs installés sur son exploitation).
  7. Développement des points de distribution : en 2018 avec la MSA (Mutuelle Sociale Agricole) à Bobigny et au BETC – Les Magasins Généraux sur Pantin ; en 2019 sur le site d’Enercoop à Paris et à Bobigny avec les collaborateurs de la DIRECCTE.
  8. Développement d’un projet collectif : depuis 2018, Marché sur l’Eau et d’autres acteurs Pantinois, coconstruisent un projet pour une Maison des Alternatives Alimentaires sur Pantin. En novembre 2019, le nom de « La Butinerie » a été posé ;
  9. Concrétisation d’un projet collectif et sociale : Janvier 2020 signe la phase d’ancrage en affirmant l’identité de la Butinerie sous la forme d’une SCIC (Société Coopératif d’Intérêt Collectif) et en lançant un appel à contribution citoyenne pour prendre part au projet dans sa globalité (prise de part au capital, partage de compétences). La Butinerie pourra ainsi s’implanter dans le quartier Raymond Queneau non loin du Canal de l’Ourcq. Les travaux seront lancés cet été et l’ouverture de la Maison est prévue vers la fin de l’année 2020.

Nos contraintes

De part la spécificité de son action, à savoir le transport de marchandises par voie fluviale, Marché sur l’Eau se devait de trouver des producteurs proches des voies d’eau et à distance raisonnable de Paris pour limiter le temps de transport. Rapidement, le constat a été fait que des exploitations en agriculture biologique répondant à ce critère seraient très difficiles à trouver.

Outre le fait de trouver des maraîchers prêts à s’engager dans un projet innovant mais encore en construction, ceux-ci devaient pouvoir produire des fruits et légumes en quantité suffisante pour assurer deux livraisons par semaine et amortir les coûts de transport et de distribution. Leur production se devait d’être également diversifiée et constante sur l’année.

Nos Choix

Marché sur l’Eau a fait le choix de travailler avec des exploitations agricoles régionales et à taille humaine, privilégiant la qualité des produits et attentives aux méthodes de production.

Les fruits et légumes proposés sont issus majoritairement d’une agriculture peu intensive, qui tend à limiter l’utilisation de produits chimiques et qui répond aux critères suivants :

  • respect de la saisonnalité des cultures
  • production légumière de pleine terre (en plein champ et sous abri)
  • utilisation de variétés adaptées au milieu naturel
  • pratiques culturales différentes des méthodes classiques (lutte biologique, permaculture, agroforesterie et lutte intégrée)

Marché sur l’Eau agit aussi en faveur de l’anti-gaspillage alimentaire :

  • Depuis les champs : nous achetons régulièrement les surplus de productions de nos agriculteurs maraîchers et nous les transformons en conserves artisanales par notre partenaire « La Cocotte Gourmande ». Ces bocaux sont ensuite proposés aux adhérents : soit à la vente au détail soit dans les paniers,
  • Après nos marchés : les fruits et légumes restants sont revendus auprès d’un restaurant partenaire « Le Relais » à Pantin,
  • Jusqu’à l’assiette : les biodéchets des adhérents sont récupérés et acheminés jusqu’à nos composteurs.
Marché sur l’Eau un système de distribution en économie circulaire